Le Verger Éditeur

Éditeur humaniste depuis 1988

Accueil > Le Verger > Les enquêtes rhénanes > Pêche mortelle à Strasbourg

Pêche mortelle à Strasbourg

Joël Henry

Parution vendredi 16 novembre 2012

Crime, politique, affaires et ours de gomme…

Armand Schneider-Schmidt, dit « ASS », est le modèle même de la réussite : adjoint au maire de la ville de Strasbourg, “issu de la société civile”, il dirige également Alsafood, leader mondial de l’alimentation canine…

Aussi, quand son corps est repêché dans les eaux troubles de l’Ill, la question est inévitable : suicide ou crime ? L’homme, curieusement, était en proie à une grosse dépression. Était-elle liée à cette affaire étrange de rachat d’une société allemande ? À ses relations avec son épouse ?

Obligé de se mêler à un milieu de puissants qui lui est étranger, le commissaire Belkala doit marcher sur des oeufs… Mais celui que son équipe appelle affectueusement “Pénélope” parce qu’il mène ses interrogatoires en brodant des reproductions d’oeuvres d’art au canevas ne manque pas de ressource.

Joël Henry nous offre ici un polar drôle et maîtrisé, aux ramifications multiples, mené sans le moindre temps mort, et superbement humain.


Joël Henry vit et travaille à Strasbourg. Il a été successivement photographe, éducateur de rue, bouquiniste, journaliste, rédacteur de textes pour l’habillage d’ARTE et réalisateur de programmes courts pour France Télévision.

Co-auteur du Guide Lonely Planet du voyage expérimental (2006), il a fondé le Laboratoire de Tourisme Expérimental (http://latourex.org). Ses explorations de sa propre ville font parfois l’objet de relations dans un blog sur Rue89 Strasbourg.


ISBN 978-2-84574-141-6

Poche (12x18 cm), 288 p. - 10 €

Place des libraires Trouvez ce livre chez un libraire avec Place des libraires

Messages

  • Tout d’abord un grand merci à Babelio, à Masse Critique et à Le Verger Editeur, pour ce bouquin qui se lit vite et qui est très agréable.

    Un commissaire pas comme les autres, avec des méthodes peut-être un peu trop « propres », dans le sens où il est plutôt contre les écoutes téléphoniques, l’espionnage des comptes bancaires … Mais un commissaire attachant ...

  • Ex-strasbourgeoise j’ai dévoré ce polar avec jubilation. Bien enlevé, personnages auxquels on adhère d’emblée, intrigue fouillée, j’espère une suite des enquêtes de monsieur le commissaire Pénélope !

  • Excellent !!! J’ai fait mes études à Strasbourg et c’est avec beaucoup de plaisir que j’ai retrouvé différents lieux et atmosphères de la ville (les touristes de la place d’Austerlitz, la Krutenau, les berges de l’Ill près de la cité, les jardins ouvriers de la Robertsau et le coin du tigre, la librairie du "psy" dans laquelle je faisais mes commandes de rentrée et même si l’aquarium n’existait pas encore... une petite ballade s’impose ... et puis ce roman est un régal !!! On ne le quitte pas une fois commencé et l’intrigue est bien menée !!! les personnages attachants et humains... bref, du bonheur !!!
    Pénélope et les Berbères ne vont pas s’arrêter en si bon chemin, ce serait dommage !!! et puis il reste beaucoup de chef-d’oeuvres à broder...
    Merci pour ce bon moment... que je vais m’empresser de faire partager...

  • Le commissaire Yacine Belkala, alias Pénélope (il brode pour occuper ses mains depuis qu’il a arrêté de fumer...)n’est pas au bout de ses peines quand on repêche le cadavre d’une "huile" de la mairie de Strasbourg dans l’Ill. Armand Schneider-Schmidt n’avait pourtant aucune raison de se suicider, mais quand Pénélope et ses savoureux coéquipiers, les "Berbères" - entendez par la Bérengère et Bernard - sont mis sur l’affaire, les choses deviennent de plus en plus compliquées ...
    J’ai adoré l’humour ravageur de l’auteur, sa façon très imagée de représenter le quotidien de la police strasbourgeoise confrontée à une histoire de rachat de boîte pour le moins glauque. Un extrait savoureux pour la route : " La cassette de la conférence filmée à Alsafood était beaucoup moins pro. L’opérateur avait abusé du zoom et du panoramique et souvent même des deux à la fois. Il fallait avoir le coeur bien accroché. Gérard Nochet, un bellâtre encravaté, y vantait sans notes et avec une aisance de premier ministre les mirifiques propriétés de l’ours en gélatine, le produit vedette d’IGB, devant une trentaine de personnes parmi lesquelles quelques têtes connues : ASS, Nadine, Gerber... A entendre ses considérations sur la suavité de l’ours qui incarne les valeurs de tendresse et de fidélité, sa charge émotionnelle, sa puissante image latente ou son haut potentiel d’évasion, on aurait pu croire qu’il faisait une conférence sur l’ecstasy."
    On ne vous révèlera évidemment pas le fin mot de l’histoire, mais l’enquête se lit sans mal et ses personnages sont extrêmement attachants.

  • Très très bon. Vivement une autre enquête de Pénélope !

  • un livre bien écrit, la fin presque aussi bonne que le début, une couleur locale qu’il me reste à apprécier (choucroute) , à recommander sans restriction,(mais qui le connaitra, ailleurs qu’à Strasbourg !)

  • Rythmé, plein de surprises, bien fichu et déjanté juste ce qu’il faut : un régal ! Daniel Pennac n’est pas loin...

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.