Le Verger Éditeur

Éditeur humaniste depuis 1988

Accueil > Le Verger > L’Herbier > Les papillons d’Alfred Bindler

Les papillons d’Alfred Bindler

Gérard Freitag

Parution vendredi 6 novembre 2020

Dans la maison d’Alfred Bindler, une pièce tout entière est consacrée à ce meuble en ronce de noyer où dorment, dans leurs tiroirs vitrés, les papillons amassés, tels des trésors, au cours de toute une vie.

À 65 ans, Alfred Bindler consulte ces tiroirs comme d’autres feuillettent les albums de famille. Car, à chacun de ces spécimens, la mémoire a attaché un voyage, un moment, une personne, un geste… et la collection alors se lit comme un recueil de souvenirs.

Mais cet entomologiste passionné ne s’est jamais contenté d’amasser. Ses consciencieuses collectes sont surtout une quête : celle de la Phalène blanche, de ce papillon parfait dont ses études et celles de son maître ont déduit l’indispensable existence mais que nul n’a jamais vu.

Ainsi, les papillons d’Alfred Bindler, recueillis dans le meuble massif, témoignent non seulement de la vie de leur détenteur, mais également de son lien au monde, de ses élans et de ses ambitions, de sa recherche d’absolu. De sa tentative de découvrir, comme nous tous, le sens de sa vie.

Ce roman sensible et profond parle de rencontres, d’amour, d’émotion et de sens. Entre nos souvenirs et nos aspirations, nous cultivons tous nos propres papillons.


Gérard Freitag est poète et romancier, né à Mulhouse en 1950. Les espaces naturels de sa région ont tenu un grand rôle très tôt. Ils ont été à la fois un lieu de travail, de liberté et d’apprentissage. Il a entrepris par ailleurs des études de lettres pour mieux s’imprégner de la réalité des textes et pouvoir la partager avec des classes d’élèves.

288 pages - Format : 14 x 21 cm, broché avec rabats, 17,00 €

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.