Le Verger Éditeur

Éditeur humaniste depuis 1988

Accueil > Le Verger > Littérature > Le Retable des Ardents

Le Retable des Ardents

Michel Winter

Parution mardi 19 avril 2011

Fascinant chef d’œuvre de la Renaissance, le Retable d’Issenheim de Mathias Grünewald est connu dans le monde entier.

Mais qui donc est Mathias Grünewald ? Est-il ce Meister Mathis dont on peut trouver la trace fugitive ça et là dans de pauvres chroniques ? Pourquoi, quand on cherche à retracer son parcours, a-t-on l’impression désespérante que le peintre a choisi une stratégie de fuite pour échapper à la postérité ?

Pour contourner ce parti pris de discrétion et d’humilité, il ne reste à l’amateur d’histoire qu’une seule issue : éclairer le personnage à la lumière de son œuvre.
Car, dans la chambre obscure du passé, le Retable d’Issenheim est un puissant révélateur. Il met à jour non seulement le contexte de cette période charnière du passage des temps médiévaux à ceux de la Renaissance mais aussi, et surtout, la véritable personnalité de Mathis : celle d’un homme dévoré par la foi mais aussi profondément chamboulé par les malheurs de son temps.

La recherche du véritable « maître Mathis » nous livre aujourd’hui une histoire de pouvoir et de création, d’amour et de cruauté : un très beau roman, sensible et bouleversant.

Quand nous refermons « Le retable des Ardents », Grünewald ne nous semble plus un inconnu et nous ne regardons plus la Crucifixion comme avant ; en filigrane nous apercevons le bûcher d’Ermeline la sorcière…

professeur Francis Rapp (extrait de la préface)

Ce roman entreprend effectivement un cheminement convaincant dans une œuvre exceptionnelle. Et offre du geste créateur une vision sensible et inspirée.

Serge Hartmann, Reflets-DNA

Feuilletez en ligne quelques pages de ce livre !


ISBN 987-2-84574-107-2

240 pages - 17 euros TTC

Place des libraires Trouvez ce livre chez un libraire avec Place des libraires

Messages

  • « Ce qui était difficile à réussir, mais qui l’est pleinement, c’est de parvenir à marier une parfaite connaissance historique et l’intrigue romanesque. Le pari est merveilleusement tenu. » — Luc Fraisse, professeur de littérature à l’Université de Strasbourg

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.