Le Verger Éditeur

Éditeur humaniste depuis 1988

Accueil > Le Verger > Sentinelles > Ascagne

Ascagne

Jean de Palacio

Parution dimanche 26 août 2012

Chrétien d’Artevelde et Christian d’Aquilaverde, outre une ressemblance physique étonnante, partagent de lointaines origines hispaniques et un
goût prononcé pour la musique.

Sans jamais s’être croisés, ils tomberont sous le charme de la même femme, Lavinia Amfortas, sculpteur de monuments funéraires.

La sculpture et la musique font ici le lien entre l’Espagne, l’Autriche et Paris, où se multiplient les rendez-vous et les rencontres manqués. La dernière rencontre sera mortelle.

Ce roman à codes hautement symboliques mêle la légende anglaise du Changeling, celle, germanique, du Doppelgänger et l’Énéide de Virgile.

Avec une grande maîtrise, Jean de Palacio met en scène l’enfant Cupidon, porteur d’amour… et de mort.

« Chez Jean de Palacio, la culture n’est jamais étalage, ou ornementation gratuite. Les œuvres vues, lues et entendues ont façonné son univers mental, établissant entre elles des correspondances. Dans ses romans, les créations de l’art et de la littérature se répondent, et construisent un
univers extrêmement cohérent, où tout semble faire signe au lecteur. La citation est ainsi non pas pièce rajoutée, mais pierre nécessaire à la construction de l’édifice sémantique qui s’élabore tout au long du roman, jusqu’à l’harmonie finale, où chaque détail, comme dans une fresque,
a contribué à la signification harmonieuse de l’ensemble. »


Jean de Palacio est professeur émérite de littérature comparée à Paris IV-Sorbonne, spécialiste de la littérature dite décadente.
https://fr.wikipedia.org/wiki/Jean_de_Palacio


ISBN 978-2-917582-22-0

Broché, 120p, 12€

Place des libraires Trouvez ce livre chez un libraire avec Place des libraires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.